Eva MacPherson Auteur: Eva MacPherson Diéteticienne

Préserver la santé du système digestif: Quoi apporter en voyage?

Voyager en pays lointains comporte de certains dangers.

Que vous profitiez de vacances bien méritées ou que vous assistiez à une conférence d’affaires, l’un des principaux défis de votre voyage est de changer votre routine quotidienne. Les aliments consommés dans les pays étrangers peuvent également causer des difficultés pour le système digestif, ce qui peut complètement gâter le séjour. Les problèmes digestifs sont fréquents chez les voyageurs, en particulier ceux qui partent en pays ayant un niveau d’hygiène moins élevé. En fait, 30 à 50 pour cent des personnes qui visitent les pays en développement en souffrent.

Bien qu’on attende avec impatience le merveilleux voyage, il faut être conscient du fait que visiter des pays lointains peuvent comporter de nombreux dangers. Au cours du voyage, notre système digestif rencontre de nombreux défis : nourriture étrangère, alimentation irrégulière, souvent excessive, changement des habitudes alimentaires, routines renversées et souvent, carences d’hygiène. Afin de ne pas passer son temps cloué au lit ou dans la salle de bain, il vaut la peine d’envisager de faire appel à des compléments alimentaires.

Pourquoi on tombe malade en voyage ?

Le but des vacances et des voyages est de s’amuser et de se détendre. Les maux d’estomac et les problèmes gastro-intestinaux, qui nous précipitent vers la salle de bain au lieu de découvrir les beaux lieux ou de bronzer sur la plage, peut ruiner tout le voyage. Et malheureusement, on a une bonne chance à tomber malade si on mange des aliments non appropriés ou déguste des plats exotiques préparés sans respect des normes sanitaires et hygiéniques. De plus, le voyage en avion, en voiture ou par d’autres moyens peut être stressant physiquement et mentalement. Tous ces facteurs nous prédisposent à divers problèmes liés au système digestif, y compris la diarrhée, la constipation, les  brûlures d’estomac, les nausées, les ballonnements ou la production excessive de gaz intestinal. Évidemment, en voyage, personne ne veut se tracasser à cause des problèmes digestifs, il est donc utile d’envisager d’adopter des gestes simples et utiles. D’autant plus que l’intoxication alimentaire peut non seulement conduire à des maladies gastro-intestinales à court terme, mais peut déclencher par exemple un syndrome du côlon irritable (SCI). La meilleure stratégie est de prévenir, notamment, respecter l’adage anglo-saxon « Boil it, cook it, peel it or forget it » c’est-à-dire faîtes bouillir, cuisinez, pelez ou oubliez.

Quelles précautions à prendre ?

Il est recommandé de recueillir toutes les informations possibles sur le pays de destination pour identifier les problèmes sanitaire et hygiéniques qui peuvent survenir. Vérifiez l’approvisionnement en eau potable, les soins médicaux accessibles que vous pouvez utiliser en cas de problème.

Obtenir des médicaments en vente libre et préparer une trousse de pharmacie spéciale voyage. Cela doit comprendre des remèdes nécessaires en cas de symptômes gastro-intestinaux tels que la diarrhée, les brûlures d’estomac ou les ballonnements. Consulter son médecin si nécessaire.

Ne pas laisser tromper par l’apparence propre de la chambre d’hôtel. Éviter de boire l'eau du robinet, même si elle est potable. Opter pour les boissons en bouteille bien scellées. Éviter les glaçons dans les endroits où l’eau n’est pas sécuritaire. Bien que les plats locaux puissent être attirants, ne pas acheter de nourriture à des vendeurs ambulants dans la rue pour prévenir les maladies inattendues. Il est préférable d’éviter les plats exotiques à base de la viande d'animaux sauvages. Il convient d’éviter les viandes crues, les poissons crus, les crustacés et les œufs. Toutes ces précautions aident à empêcher le contact avec de divers agents pathogènes. Manger de la viande, de la volaille et du poisson bien cuits, ainsi que des produits laitiers des grandes chaînes de supermarchés. Ignorer les aliments entreposés à température ambiante, qui favorise la propagation des bactéries novices. À première vue, cela peut sembler trop strict, mais dans les pays asiatiques et africains, une prudence accrue s’impose.

Se laver les mains souvent. L’hygiène des mains est un facteur clé en matière de sécurité des aliments. Se laver les mains avec du savon et de l’eau chaude, surtout avant les repas. En l’absence de possibilité du lavage de mains, utiliser les solutions hydroalcooliques.

Comment prévenir la constipation pendant le voyage ?

Le voyage dans un autre pays peut bouleverser la routine quotidienne, et les troubles de digestion, en particulier la constipation peuvent s’installer. Certains facteurs peuvent également augmenter le risque de constipation, y compris la différence entre les fuseaux horaires ou les tracas de voyage, la déshydratation en vol. Mettez dans votre sac un petit encas sain, riche en fibres pour le voyage, tels que des barres de céréales, des fruits secs des noisettes ou cacahuètes.

La consommation de liquide rend les selles plus molles et facilite leur passage à travers les intestins. Des cocktails savourés près de la piscine, l’alcool et la caféine peuvent aggraver la déshydratation. En cas de prédisposition à la constipation, il convient de limiter leur consommation ou au moins boire beaucoup d’eau si on tient à les savourer.

Manger sainement, trouver des aliments sains en voyage s’avère souvent difficile en voyage. Il est tentant d’oublier ses objectifs alimentaires et de se livrer à des aliments malsains. Bien sûr, il est impossible d’ignorer les délices locaux pendant les vacances et il serait dommage de s’en priver. Essayer de choisir les mets riches en fibres, pas trop caloriques et éviter la restauration rapide, les buffets d’aéroport ou d’aire de repos autoroute. De manière générale, la consommation insuffisante de fibres entraîne la constipation, que vous soyez en vacances ou chez vous. Mettre donc l’accent sur un régime alimentaire riche en fibre, mangez 5 portions de fruit et de légume par jour. Les légumineuse et le pain complet sont des sources de fibres par excellence.

Boire plus de liquide ne supprime pas la constipation, mais il ramollit les selles et favorise leur passage à travers les intestins. Prenez une bouteille réutilisable avec vous et remplissez-la régulièrement. Si l’eau du robinet pure n’est pas disponible privilégiez l’eau en bouteille, les jus ou d’autres boissons non caféinées.

Les longues heures de route ou d’avion en position assise, favorisent le développement de la constipation due au péristaltisme intestinal ralenti. Le mieux est de prévoir des activités physiques, de s’étirer et de bouger régulièrement ou de faire des arrêts en voyage en voiture.

Comment s’approvisionner suffisamment en fibres ?

Les fibres contribuent au maintien de la santé du tractus intestinal, tout en stimulant le péristaltisme des intestins. En voyage, l’offre de petit déjeuner des hôtels comprend souvent des plats à faible teneur en fibres tels que les œufs, des viandes, les pâtisseries et le pain blanc. Si possible, miser plutôt sur les céréales ayant une teneur élevée en fibres. Il vaut la peine d’envisager l’utilisation de préparations de supplément de fibre, simple à utiliser.

Comment assurer un transit régulier pendant le voyage ?

Relaxez-vous, essayez de vous détendre pour retrouver un transit régulier

Il y a beaucoup de facteurs qui dérèglent notre système digestif en voyage. Pourquoi notre système digestif est-il si sensible au changement ?  On peut se sentir mal à l’aise d’utiliser les toilettes publiques ou on est trop occupés pendant la visite de ville. Cependant, ignorer l’envie d’aller aux toilettes peut conduire à la constipation. Si on va aux toilettes à l’heure fixe à la maison, essayer de garder la même routine pendant le voyage. Aux toilettes, prendre son temps, respirer et essayer de se détendre. S’il n’y a pas de résultat après 10 minutes, essayer plus tard quand on sent l’envie d’aller aux toilettes à nouveau. Une autre méthode est de commencer à prendre une préparation émolliente de selles quelques jours avant le départ, et continuer sa prise pendant le voyage. Si les efforts au niveau de l’alimentation et l’activité physique sont demeurés sans résultat, on peut avoir recours aux laxatifs. L’abus de laxatifs, cependant, est dangereux, et peut devenir une addiction, alors ne l’utiliser qu'en tout dernier recours.

Dois-je prendre des probiotiques avant le voyage ?

Les probiotiques peuvent aider à éviter les symptômes gastro-intestinaux désagréables ce qui les rend nos véritables alliés pendant le voyage. Les probiotiques sont des micro-organismes bénéfiques, dont la plupart se trouvent naturellement dans l’intestin humain. Le rôle des probiotiques en cas de maladies gastro-intestinales faisait l’objet de nombreuses études. Plusieurs études ont démontré qu’ils sont efficaces en cas d’infections à levures, d’intoxications alimentaires et de diarrhée, en particulier dans le cas de diarrhée du voyageur. Une méta-analyse publiée en 2018 dans la revue Epidemiology and Health fournit d’excellentes preuves à cet égard.

Les probiotiques aident-t-ils en voyage ?

La réponse est oui. Si, malgré toutes les précautions, on est attaqué de la diarrhée, les probiotiques peuvent accélérer la guérison en rétablissant l’équilibre de la flore intestinale.

Qu’est-ce que la diarrhée du voyageur ?

La diarrhée du voyageur - nommée également tourista - peut être causée par le stress de voyage ou des changements dans l’alimentation, mais dans la plupart des cas elle est causée par des bactéries pathogènes, virus ou parasites. Il se développe habituellement après la consommation des aliments ou de l’eau contaminés par des bactéries E. Coli, Salmonella ou Listeria.

Symptômes

De manière générale, le tourista commence brusquement pendant le voyage ou peu de temps après le retour, et se manifeste par les symptômes suivants :

  • Épisodes diarrhéiques avec des selles liquides 3 fois par jour ou plus
  • Forte contrainte de défécation
  • Crampes abdominales
  • Nausée
  • Vomissements
  • Fièvre

Le risque de diarrhée du voyage dépend surtout du pays de destination. Le risque de diarrhée du voyageur varie d’une saison à l’autre dans certaines régions du monde. Il y a un risque beaucoup plus élevé en Asie du Sud pendant les mois torrides, juste avant les moussons.

Certains groupes de personnes, cependant, sont plus exposées, notamment les suivants :

  • Jeunes adultes. La diarrhée du voyageur est un peu plus fréquente chez les enfants et jeunes adultes. Bien que les causes ne soient pas claires, il est possible que leur système immunitaire soit moins résistant ou ils peuvent être moins prudents pour éviter les aliments contaminés.
  • Personnes dont le système immunitaire est faible. Un système immunitaire moins résistant augmente le risque d’attraper des infections.
  • Les personnes atteintes de diabète, les maladies inflammatoires de l’intestin, la cirrhose du foie. Ces maladies peuvent prédisposer à l’infection ou augmenter le risque d’infection plus grave.
  • Les gens qui prennent des antiacides. Étant donné que l’acide gastrique forme une barrière importante contre la plupart des pathogènes microbiens, ils sont beaucoup plus sujettes aux infections du fait que la barrière acide est levée.

Combien de temps dure la diarrhée du voyageur ?

La diarrhée du voyageur touche 40 pour cent des voyageurs, en particulier lors de leur visite dans les pays en développement. La plupart des symptômes disparaissent par eux-mêmes en quelques jours.

Les probiotiques aident-ils à prévenir la diarrhée ?

Probiotiques aident à maintenir la santé de l’intestin

Les probiotiques aident à maintenir un intestin sain et permettent le bon fonctionnement du système digestif. Pour prévenir la diarrhée, il convient de prendre des mesures avant et pendant le voyage. Tout d’abord, connaître et respecter les exigences hygiéniques. On doit également garder à l’esprit quelles épidémies peuvent se produire dans le pays, car dans de nombreux cas, cela génère la diarrhée. Préparez-vous à rencontrer la culture locale. La prise des bactéries probiotiques est recommandée une semaine avant le départ. Ces micro-organismes bénéfiques empêchent la croissance de bactéries nocives en rétablissant l’équilibre de la flore intestinale.

Il existe de centaines de souches probiotiques, mais selon les dernières recherches scientifiques, les suivantes sont les plus efficaces pour traiter la diarrhée :

  • Lactobacillus rhamnosus
  • Saccharomyces boulardii
  • Lactis Bifidobacterium
  • Lactobacillus casei

Pour que les probiotiques puissent proliférer suffisamment et exercer leurs effets physiologiques nécessaires, ils ont besoin de nourriture ou bien des prébiotiques.  Ce sont des oligosaccharides qui servent d’aliment aux bactéries du microbiote. La meilleure façon d’obtenir à la fois les probiotiques et les prébiotiques est d’opter pour symbiotiques, qui comprennent les deux.

Comment traiter la diarrhée du voyageur ?

Prévention

Les experts en santé publique ne recommandent pas de prendre des antibiotiques pour prévenir la diarrhée du voyageur, car ils peuvent contribuer au développement de bactéries résistantes aux antibiotiques. Les antibiotiques ne protègent pas contre les virus et les parasites, mais ils peuvent donner aux voyageurs un faux sentiment de sécurité au niveau du risque de consommer les nourritures et des boissons locales. Ils peuvent également causer des effets secondaires désagréables.

La prise de bismuth sous-salicylate, à titre préventif, est recommandée par certains médecins. Cette substance serait censée de pouvoir réduire le risque de diarrhée. Ne pas prendre ce médicament pendant plus de trois semaines, en cas de grossesse ou d’allergie à l’aspirine. En cas de la prise d’autres médicaments, tels que les anticoagulants, consulter son médecin avant de l’utiliser. Les effets secondaires de la préparation tels que la langue noire et les selles foncées sont inoffensifs. Dans certains cas, il peut provoquer la constipation, des nausées et rarement des tintements d’oreilles.

Traitement symptomatique

si les symptômes ne s’améliorent pas, un certain nombre de médicaments sont disponibles pour les soulager. Il est recommandé d’utiliser les suivants :

  • Agents anti-motilité (antidiarrhéiques) : ces médicaments fournissent un soulagement immédiat mais temporaire en réduisant les convulsions, ralentissant le temps de passage du bol alimentaire à travers le tube digestif, et en laissant plus de temps pour l’absorption. Ils ne sont pas recommandés aux nourrissons aux personnes souffrant de fièvre ou de diarrhée sanglante. En cas de douleurs abdominales excédant 48 heures, ou de symptômes s’aggravant, arrêter de les utiliser et consulter un médecin.
  • Bismuth sous-salicylate : peut être utilisé à titre préventif, mais il réduit également la fréquence des selles. Il n’est pas recommandé aux enfants, aux femmes enceintes, ni aux personnes souffrant d’allergies à l’aspirine.
  • Antibiotiques :  en cas de selles liquides plus de 4 fois par jour ou de symptômes graves, y compris les selles sanglantes, le médecin peut prescrire des antibiotiques.

La déshydratation constitue la complication la plus courante de la diarrhée du voyageur, il est donc important de rester hydraté. Préparez votre solution de réhydratation maison en cas d’urgence en de la manière suivante :

  • 1/2 cuillère à café de sel
  • 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 4 cuillères à soupe de sucre
  • 1 litre d’eau potable sûre et fiable

Éviter la caféine et les produits laitiers, qui peuvent exacerber les symptômes ou augmenter la perte de liquide. Boire du jus de fruits dilués, de la tisane, des bouillons de poule ou des potages de légumes, des boissons pour sportifs pour remplacer les liquides et les électrolytes perdus. Plus tard, à mesure que la diarrhée s’améliore, on peut réintroduire progressivement dans son alimentation les glucides complexes, facilement digérables comme les biscuits salés, les céréales, les bananes, les toasts secs, le riz, les pommes de terre et les pâtes.

Enzymes digestives

L’ananas contient du Bromelaïne capable de décomposer les protéines

L’utilisation d’enzymes digestives peut certainement vous aider pendant le voyage. Ils sont recommandés en cas de production excessive de gaz intestinal, de ballonnements et de sensation de lourdeur après les repas. Ces symptômes peuvent indiquer que le corps n’arrive pas à décomposer les aliments correctement. Cela peut arriver même lorsqu’on découvert de nouveaux plats auxquels le système digestif n’est pas habitué. Les composés provenant des protéines non dégradées ont un effet négatif sur le système immunitaire.

Voici trois aliments riches en enzymes qui peuvent être inclus dans notre alimentation en voyage :

  • Ananas contient du Bromélaïne capable de décomposer les protéines et à réduire les inflammations,
  • Papaye est riche en papaïne, ce qui favorise la digestion des protéines,
  • Miel cru contient des substances telles que la diastase, l’invertase, la catalase, l’oxydase de glucose, la protéase, la peptidase, la phosphatase et l’inulase, qui ont la capacité de décomposer l’amidon, les peptides et le saccharose.

Mieux vaut prévenir que guérir. Pour s’assurer que le voyage ne se transforme pas en cauchemar, il est recommandé de prendre des probiotiques, des suppléments de fibres et des enzymes digestives. On peut les emmener facilement ils ne prennent que peu d’espace dans sa valise.

Sources :

https://www.eatright.org/health/lifestyle/travel/8-food-safety-tips-when-traveling-abroad

https://www.healthline.com/health-news/how-to-keep-your-gut-healthy-while-traveling

https://www.webmd.com/digestive-disorders/ss/slideshow-constipation

https://www.news-medical.net/health/Should-You-Take-Probiotics-Whilst-Travelling.aspx

https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/travelers-diarrhea/symptoms-causes/syc-20352182

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6232657/
Articles au total:
0