NaturalSwiss NaturalSwiss Logo Contact Details:
Main address: Route de Crassier 7 CH-1262 Nyon Lake Geneva ,
Tel:+33 970 468 881, E-mail: serviceclientele@naturalswiss.ch
Quand est-ce que votre organisme a beson d'un désintoxication et un nettoyage intestinal? Quelles sont les causes des trobles digestifs? Les réponses sont évidentes.

Les selles témoignent de l’état du système digestif

Les sellesComment sont vos selles ? Saviez-vous que vous pouvez mieux connaître l’état de votre système digestif d’après la couleur, l’odeur, la composition et la consistance de vos selles ?

Vos selles sont un véritable révélateur de votre état de santé. Connaissez l’expression « Comment allez- vous » ? Elle sous entendait originellement « comment allez-vous à la selle » .

Généralement peu évoquée aujourd’hui par tabou ou dégoût, la qualité de nos selles est le reflet fidèle de notre état de santé et en vérifier quotidiennement la nature est un réflexe d’hygiène de vie incontournable pour anticiper voir éviter de nombreuses pathologies.

« La selle normale de l’homme doit avoir la forme d’une saucisse épaisse de 4 cm et doit être longue de 15 à 20 cm. Sa couleur varie en fonction de l’alimentation. De couleur brune en cas de régime carné, elle est plus claire en cas de régime lacto-végétarien. Vous devriez aller à la selle facilement et sans effort, généralement une fois le matin et une fois après le repas du midi ou du soir » .(Dr Kousmine).

Dures, molles, trop claires ou trop foncées, grasses ou nauséabondes, en crottes de lapins, flottantes ou carrément liquides, les selles de nos contemporains ne ressemblent que rarement à cette définition de la selle idéale que propose la célèbre doctoresse suisse Catherine Kousmine dans les années 50. Pour obtenir ou pour retrouver une production fécale normale à défaut « d’idéale » , tentons de mieux comprendre ce que sont les selles et comment elles sont fabriquées par l’intestin.

En général la nature des selles est déterminée par les aliments consommés la veille. Des anomalies ne sont pas forcément problématiques, surtout si les changements ne perdurent pas et que les selles reviennent à leur état normal rapidement.

Néanmoins, si la couleur et la consistance des selles restent différentes de manière durable, cela peut révéler un dysfonctionnement plus ou moins important. Dans ce cas, il vaut mieux contacter votre médecin traitant le plus tôt possible pour qu’il en trouve les causes et puisse résoudre le problème éventuel. Par exemple, les selles claires grises ou vertes évoquent toujours un dysfonctionnement du foie et des voies biliaires.

Voyons quelles peuvent être les causes précises de changements durables de la couleur et de la consistance des selles :

Des selles jaunes clair avec odeur nauséabonde : elles sont le résultat d’une malabsorption des graisses liées à un dysfonctionnement du pancréas par insuffisance de sels pancréatiques. Ceci peut être le signe d’une intolérance au gluten, d’une pancréatite, d’une tumeur du pancréas, ou d’une mucoviscidose (fibrose kystique).

Des selles noires avec odeur nauséabonde : font penser à une hémorragie stomacale ou intestinale liée à un ulcère ou à une tumeur. En revanche, les selles noires sont normales si l’on prend des compléments alimentaires contenant du fer. Mais dans ce cas, les selles n’ont pas d’odeur nauséabonde.

Selles avec du sang – de couleur marron : elles peuvent indiquer une hémorragie intestinale issue d’une tumeur ou d’un ulcère situé dans l’intestin grêle ou dans le côlon. Elles peuvent également être le signe d’une maladie de Crohn, ou d’une colite ulcéreuse.

Des selles dures – qui s’engloutissent rapidement dans l’eau : sont probablement liées à une alimentation pauvre en fibres alimentaires issues de légumes, de fruits ou de céréales complètes et d’un apport trop limité en eau de boisson. Les selles dures sont souvent foncées car elles stagnent trop longtemps dans les intestins.

Quelle est la différence entre le sang dans les selles et le sang après les selles ?

Si vous avez du sang dans les selles, cela est dû au saignement de la partie supérieure ou inférieure du système intestinal. Selon la couleur du sang, on peut déterminer le lieu du saignement, si c’est dans l’estomac, ou dans la partie supérieure, centrale ou inférieure de l’intestin grêle ou du côlon. Quand le sang dans les selles est foncé, on peut supposer qu’il provient de la partie haute du système digestif, à savoir de l’estomac ou du duodénum (par ulcération).Dans ce cas, on trouve des selles noires, car le sang a été « digéré » et s’est donc oxydé. Par contre, quand la couleur du sang dans les selles est rouge, cela prouve que le saignement provient de la deuxième partie du système digestif c’est-à-dire du grêle ou du côlon. Du sang dans les selles peut aussi provenir d’une tumeur de l’estomac ou de l’intestin, d’une diverticulite ou d’une colite ulcéreuse.

Le sang n’est pas toujours visible à l’œil nu. On parle alors de sang « occulte » ou caché. IL faut rapidement contacter son médecin quand les selles paraissent différentes ou bizarres. Celui-ci fera faire des examens pour diagnostiquer un éventuel saignement fécal occulte, responsable de sang dans les selles. Il faut savoir que la betterave peut également colorer les selles en rouge (ainsi que l’urine). Il n’y a pas lieu de s’inquiéter dans ce cas.

Une apparition de sang après les selles est souvent liée à l’existence d’hémorroïdes internes ou externes qui saignent après leur évacuation. Mais le sang après les selles peut être aussi dû aux lésions de la muqueuse anale et dans ce cas, le sang est rouge clair. Une fois encore dans ce cas, il faut consulter le médecin le plus tôt possible.

Les selles vertes et leurs causes

Le foie sécrète de la bile en permanence. Il stocke ce liquide de couleur vert pâle dans la vésicule biliaire d’où il est éjecté dans l’intestin grêle. La bile est nécessaire à l’absorption des graisses et des vitamines liposolubles. Néanmoins elle peut aussi aider à amollir les selles et leur donner une couleur marron doré. Comment cela est-il possible sachant que la bile est verte ? Lors de son trajet dans les intestins, la bile change de couleur grâce aux différentes bactéries intestinales (qui transforment la bile en sels biliaires). Elle devient d’abord jaune, puis marron. Par conséquent les selles vertes peuvent signifier que les aliments ont traversé le système digestif plus vite que ce qui aurait été normal et n’ont pas eu le temps de prendre une couleur marron. Des troubles digestifs sont alors possible à cause d’un transit accéléré. Les diarrhées accélèrent également le transit intestinal des aliments. Des selles vertes peuvent donc aussi être liées à une diarrhée.

Quand nos aliments contiennent de la chlorophylle en quantité importante – La chlorophylle est un pigment vert d’origine naturelle présente surtout dans les épinards, mais aussi dans les salades vertes, les choux (chou frisé, brocoli, chou pommé), et également dans les compléments alimentaires contenant d’importantes quantités de :

  • chlorophylle (chlorella verte, spiruline bleu-verte, pousses séchées d’orge jeune appelé orge vert)
  • bismuth
    Si vous avez des selles vertes, il n’y a aucune inquiétude à avoir, parce que vous consommez les compléments alimentaires mentionnés ci-dessus. Il se peut aussi que cela soit la conséquence des laxatifs ou antibiotiques. Mais les selles vertes peuvent être le témoin de maladies plus préoccupantes si vous n’avez pas consommé d’aliments ou de compléments riches en chlorophylle et responsable de l’apparition de selles vertes. En règle générale, il est raisonnable d’attendre au maximum deux ou trois jours avant de contacter votre médecin si les symptômes persistent. On peut alors avoir affaire à une intoxication alimentaire, à l’effet secondaire d’un médicament ou et surtout, à des pathologies avérées ou des infections comme :
  • Des maladies digestives (maladie de Crohn, colite ulcéreuse, syndrome du côlon irritable, maladie cœliaque, cancer…)
  • Des problèmes d’absorption (malabsorption)
  • Des diarrhées du voyageur
  • Des diarrhées contagieuses – surtout par salmonellose ou giardia
  • Des bactéries intestinales nuisibles

Qu’est-ce qui provoque la prolifération des bactéries ?

La reproduction bactérienne est un phénomène normal et peut se produire dans l’organisme de manière insidieuse pendant des années sans que l’on s’en aperçoive à cause de la prise d’antibiotiques, d’anti-acides et d’autres médicaments qui éradiquent non seulement les bactéries nuisibles de l’organisme mais aussi les bactéries salutaires (probiotiques). L’intestin grêle contient normalement peu de bactéries nuisibles, mais de nombreux médicaments sont la cause d’une importante prolifération bactérienne, souvent pernicieuse. Avec le métabolisme de la bile, ces bactéries nuisibles sont aussi responsables de la malabsorption des graisses et des glucides. Au lieu d’être métabolisés, les glucides resteront dans l’intestin grêle et y fermenteront en produisant des flatulences, des douleurs abdominales, des gaz nauséabonds, du mucus dans les selles, des selles liquides ou écœurantes et des diarrhées. Ce sont les aliments sucrés, fermentés ou amylacés (contenant de l’amidon comme les pommes de terre) qui sont les responsables des symptômes les plus invalidants. Les déchets du métabolisme des bactéries nuisibles endommagent les cellules intestinales et freinent ou empêchent une absorption alimentaire optimale. Ce phénomène est souvent à l’origine de nombreuses intolérances alimentaires qui deviennent monnaie courante dans les populations aujourd’hui. La prolifération bactérienne peut également entraîner :

  • Un ralentissement du péristaltisme intestinal qui peut aussi se produire quand on consomme trop d’aliments très sucrés et raffinés, à cause d’un stress chronique et quand on souffre de pathologies de civilisation comme un diabète, une hypothyroïdie (baisse de l’activité thyroïdienne) ou une sclérodermie. Selon les données statistiques, 40% de la population américaine souffre de diabète et simultanément de diarrhée chronique, maladies toutes deux liées à la prolifération de bactéries intestinales indésirables.
  • Un abaissement de la production d’acide chlorhydrique (hypochlorhydrie) est courant dans l’estomac lors du vieillissement. L’acidité de l’acide gastrique contribue à l’élimination des bactéries. Par conséquent, quand sa quantité n’est pas suffisante, la prolifération bactérienne a de fortes chances d’augmenter. Les antiacides peuvent aussi être responsables d’une insuffisance d’acide gastrique.
  • Des anomalies structurales de l’intestin grêle – apparaissent couramment après des opérations chirurgicales, avec l’apparition de diverticules formées dans l’anse borgne de l’intestin grêle, lors d’une occlusion intestinale, lors de présence de fistules ou quand existe une maladie de Crohn. Cette liste n’est pas exhaustive, elle ne reprend que quelques anomalies structurales qui peuvent contribuer à la prolifération bactérienne.
  • Le stress, l’immunodépression, ainsi que certains médicaments tels que les antibiotiques, les stéroïdes ou les traitements contraceptifs et hormonaux favorisent également la reproduction bactérienne mais une consommation insuffisante de fibres alimentaires et un déficit en enzymes pancréatiques peuvent aussi en être la cause.

Les principaux symptômesde la prolifération des bactéries intestinales

  1. Constipation
  2. Flatulences et production de gaz après les repas
  3. Constipation chronique, selles liquides ou diarrhées – De différentes études ont prouvé que plus de la moitié des personnes souffrant de diarrhée chronique ont également un taux de bactéries très élevé dans l’intestin grêle.
  4. Déprime
  5. Fatigue – occasionnée par une anémie mégaloblastique. Le manque d’acide folique (vitamine B9) et de vitamine B12 mène à l’anémie mégaloblastique (dite anémie de Biermer), ce qui fait que la moelle osseuse produit des globules rouges de forme et de taille anormales (mégaloblastes).
  6. Carence en nutriments malgré la prise des compléments alimentaires
  7. Perte de poids
  8. Douleurs abdominales
  9. Mucus dans les selles
  10. Production de gaz qui empire après la consommation des sucreries ou de fibres

Des produits naturels contre la prolifération bactérienne

Même avec des examens de selles en laboratoire (coproculture), il est difficile de mesurer le taux de bonnes bactéries dans l’intestin. La médecine traditionnelle utilise des médicaments antibactériens qui éradiquent malheureusement aussi les bactéries salutaires dont les pro-biotiques. Il existe cependant de différentes méthodes naturelles pour freiner la production des bactéries nuisibles dans l’organisme :

  • Des régimes à faible teneur en sucres
  • Des plantes médicinales – Certaines huiles essentielles comme celle de menthe poivrée ou d’origan dont les vertus antibactériennes sont reconnues. Comme toutes les huiles essentielles utilisées en interne, l’huile doit être conditionnée dans une capsule gastrorésistante qui ne se dissoudra qu’une fois arrivée dans l’intestin grêle pour en éliminer les bactéries nuisibles.
  • Des probiotiques qui remplacent les bactéries nuisibles par des bactéries salutaires (Swiss Probiotix)
  • Des enzymes digestives

Mucus dans les selles

En général le mucus dans les selles est la conséquence d’inflammations indéterminées de la muqueuse intestinale, et il n’est pas pathologique en soi. On peut aussi trouver du mucus dans les selles en cas de constipation ou de diarrhées également.

Par contre, quand le mucus dans les selles est accompagné de saignement rectal, on peut avoir affaire à un syndrome du côlon irritable (SCI) qui se caractérise entre autres par de la constipation. Dans tous les cas, c’est au gastro-entérologue d’établir le diagnostic et de déterminer le traitement adéquat.

En médecine alternative, le mucus dans les selles est dû soit à un taux élevé des bactéries nuisibles dans l’intestin grêle, soit aux intolérances ou aux allergies alimentaires. Ces problèmes se résolvent souvent avec un régime spécifique et des compléments alimentaires adaptés. Quand le taux de bactéries est trop élevé dans l’intestin, les flatulences et la production de gaz empirent avec la consommation de toutes sortes de sucrerie, telles que le sucre blanc, le pain et les pâtes de farine raffinée, le riz blanc étuvé ou le lait (qui contient un sucre nommé lactose). Les personnes souffrant d’allergies alimentaires ayant du mucus dans les selles doivent éliminer les allergènes de leur alimentation.

Le mucus dans les selles peut être aussi provoqué par les pathologies suivantes :

  • La diverticulite
  • La maladie cœliaque
  • La maladie de Crohn
  • La colite ulcéreuse

Quand la langue est chargée et blanche, avec des marques des dents sur les bords, c’est le signe que du mucus s’est formé dans les selles avec la consommation d’aliments gras, de laitages ou d’aliments à base de gluten (protéine végétale du blé). Il est conseillé d’éviter ces aliments jusqu’à l’amélioration des symptômes.

Des infections causées par des bactéries et parasites peuvent aussi être à l’origine de mucus dans les selles. Souvent elles sont responsables de diarrhées aiguës, de douleurs abdominales inexpliquées ou encore de sang dans les selles.

Que faire en cas de mucus dans les selles ?

S’il ne s’agit pas de maladie grave, le mucus dans les selles, les flatulences, les gaz et la constipation peuvent être résolus par une consommation accrue de liquide, par l’utilisation de plantes médicinales ou d’anti-mucus végétaux qui protègent la paroi intestinale enflammée. Les graines de lin, entre autres, produisent un mucilage qui fait office de pansement dans l’intestin. Il convient de les tremper au minimum une nuit dans l’eau avant de les ingérer. Cependant le Programme Clean Inside est également très efficace dans ces cas-là.

Selles jaunes

Similairement aux selles vertes, qui peuvent être le résultat de la consommation d’aliments « verts » , les selles jaunes peuvent survenir quand on consomme des aliments qui contiennent des pigments jaunes ou orange comme par exemple les carotènes. On les trouve entre autres dans les carottes, les poivrons ou les abricots. C’est un phénomène bénin qui ne dure généralement pas longtemps mais si le phénomène persiste, il convient de consulter un médecin.

Les selles jaunes peuvent être symptomatique de :

  • L’accélération du transit intestinal des aliments ; qui est très courant chez les personnes atteintes de GERD (reflux gastro-esophagien).
  • D’une insuffisance de sécrétion de la bile
  • D’une infection bactérienne dans les intestins qui se manifeste en général brusquement.
  • D’une maladie génétique – cœliaque, quand l’organisme n’arrive pas à métaboliser le gluten de manière adéquate.
  • D’une infection des voies biliaires (angiocholite) – provoquée par une atteinte bactérienne ou par des calculs biliaires.
  • D’une inflammation biliaire (cholécystite) – qu’occasionne la cristallisation de la bile et l’obstruction du canal cystique. Elle peut également être la conséquence d’une cirrhose ou d’une acidose tissulaire généralisée
  • Infection par le giardia (giardiase) – il s’agit d’un parasite qui vit à la surface de l’intestin. Il peut provenir de l’eau et se répand par ingestion d’eau contaminée, et par les matières fécales. Bénin, ce parasite pénètre dans l’organisme par voie buccale. Parasic est un excellent remède contre de nombreux parasites dont le giardia.
  • D’une inflammation du foie (hépatite) – maladie virale du foie. en trois formes principales (A, B et C) et de nombreuses variations moins connues.
  • D’une jaunisse – quand le taux de bilirubine est trop élevé, la peau devient jaunâtre ou orangée. Des selles jaunes peuvent apparaître. Cette maladie est courante chez les personnes qui ont des problèmes de foie, ou qui souffrent de l’une des formes de l’hépatite.
  • D’un syndrome de malabsorption – trouble de l’absorption alimentaire

Selles claires

Les selles claires peuvent être la conséquence d’un dysfonctionnement ou d’une inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite), d’une inflammation du foie ou encore de calculs (lithiase). Mais elles peuvent aussi être le symptôme d’une infection parasitaire dont le giardia, d’une cirrhose ou d’une pancréatite. Les selles marron sont colorées par les sels biliaires. Si la production de bile est réduite, il y a production de selles claires. L’ingestion de médicaments contenant de l’aluminium hydroxyde ou des examens médicaux au baryum peuvent également en être la cause.

Les selles claires peuvent être brillantes ou grises, elles peuvent flotter à la surface de l’eau et leur odeur est souvent désagréable à cause des graisses qu’elles contiennent.

Il y a production de selles dures quand le bol alimentaire traverse trop lentement le système intestinal ce qui caractérise la constipation qui est souvent liée à une consommation insuffisante de liquide et de fibres alimentaires.

En revanche, les selles liquides (selles molles) indiquent un transit intestinal trop rapide du bol alimentaire, ce qui est propre à la diarrhée.
Pour en savoir davantage sur leurs causes et sur les moyens de les soigner, veuillez vous reporter aux parties suivantes : symptômes des troubles intestinaux – diarrhées, constipation, et la solution des problèmes de diarrhée et de constipation.